Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mary Kingsley, Guillaume Dorison, Esteban Mathieu, Julien Telo

Publié le par Arianne

mary-kingsley_couv.jpg

 

Les Editions Glénat déclinent dans leur nouvelle collection, “Explora”, les grandes aventures des explorateurs qui ont marqué l’histoire. Mary Kingsley est de ceux-là.

Née dans l’Angleterre victorienne de la moitié du XIXe siècle, elle se retrouve orpheline à 30 ans. Sans attaches, elle décide de partir explorer l’Afrique, bercée qu’elle a été par les récits de voyage de son père. La voilà en Angola, au cœur de la jungle, maniant la pirogue, discutant avec les Fang…

Le récit débute en 1993 à Luanda en Angola où Mary débarque avec pour dessein de rejoindre le mont Cameroun : « Je le dois à mon père… Je veux lui montrer qui je suis, celle à qui il a accordé si peu d’attention… Et pour y parvenir, il faut que je termine son œuvre inachevée. » Pour approcher les peuples africains, elle se fait d’abord passer pour quelqu’un venue faire du commerce puis pour une femme à la recherche de son mari disparu. Elle se retrouve seule dans la jungle après une altercation avec un pseudo guide touristique arnaqueur qui s’est proposé de l’aider. Elle est sauvée d’un piège par la tribu des Lwenas et se retrouve sous la protection d’Ambos, l’homme qui l’a découverte, à qui elle va se lier et qui la protègera au péril de sa vie contre les Fangs.

Les auteurs ont pris le parti de dresser le portrait de Mary comme ayant quelque chose à prouver à son père. Revanche sur une vie volée par ses obligations familiales ou aboutissement du rêve de son père, cette expérience va bouleverser ce qu’elle croyait connaître de ce pays et de ses habitants.

« Une femme telle que moi devrait être une parfaite maîtresse de maison et satisfaire son mari en toute circonstance. Tout le monde a des préjugés. Pour ma part, je vous considérais comme des êtres inférieurs, le fardeau de l’homme blanc.

- Et quel est votre avis sur la question, désormais ?

- C’est le fardeau de l’homme noir qu’il faudrait célébrer, car vous êtes confrontés à un tas de crétins venus d’un autre continent… »

mary_kingsley_portrait-bd.jpg  mary_kingsley_portrait.jpg

 

 Mary Kingsley

 

Les voyages de Mary en Afrique vont être d’un grand éclairage sur les peuples africains, notamment les Fangs. Malheureusement, j’ai été assez peu sensible à la manière dont cette histoire est traitée. Le récit met assez peu en valeur le travail ethnologique de Mary, il enchaîne l’action et des situations improbables pour l’époque. Le dessin, souvent trop sombre, manque d’originalité, les personnages sont trop caricaturaux et modernes (le décalage est vraiment étonnant entre le dessin et les photos de fin d’ouvrage !), on se croirait plus dans une production hollywoodienne que dans un récit d’aventure à visée historique. Cela peut sans aucun doute séduire un large public mais manque d’envergure et d’exigence pour être vraiment concluant. Dommage.

À noter : un cahier pédagogique en fin d’ouvrage qui donne des informations éclairantes sur Mary, la vie de l’époque, etc.

Mary-Kingsley-03.jpg

 

Commenter cet article