Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sarah Cole, Grégory Mardon (d'après Rusell Banks)

Publié le par Arianne

CouvSarahCole.jpg

Lui : beau gosse, blond, la mèche lissée, le torse viril, belle voiture, grand appart, distingué sans être méprisant.

Elle : grosse et vulgaire, les traits déformés, les dents proéminentes et une bouche comme un danger. Dans ses formes étalées, s’étalant, le flasque contrastant ave le musclé, s’expriment son humanité et ses faiblesses.

sarah-cole-3.jpg

« Au début des années 1980, je relisais les nouvelles de Nathaniel Hawthorne, des histoires emblématiques et symboliques, dans lesquelles les personnages sont des “types” représentant souvent des principes moraux ou religieux. J’ai alors eu le sentiment que cette histoire était un “type” moderne d’histoire d’amour, dans la mesure où elle parlait de pouvoir, de l’inégale répartition du pouvoir entre les hommes et les femmes, ainsi qu’entre les différentes classes sociales. À un niveau plus profond, elle parlait de l’affection sentimentale (et érotique) de la bourgeoisie libérale pour la classe ouvrière.

[…] Et voici maintenant qu’on en fait une adaptation graphique en France. Son style me plaît. Les cases muettes transmettent efficacement l’exposé et les dialogues contribuent à faire avancer l’action de façon sensible et délicate, comme je l’espérais », Russel Banks.

sarah-cole1.jpg

sarah-cole2.jpg

sarah-cole3.jpg

sarah-cole-1-copie-2.jpg

Il s’agit donc de l’adaptation graphique de la nouvelle de Russel Banks. L’histoire ? Un bel homme, beau costard, belle voiture, bel appart, rencontre une femme dans le bar où il a l’habitude d’aller se délasser après le boulot. Il est gentil avec elle alors qu’ils ne sont clairement pas du même milieu. Elle est vulgaire, bien en chair (bel euphémisme !) et n’a aucune retenue ni distinction. Quelque chose va se nouer entre eux malgré leurs dissemblances. Mais qu’est-ce, au juste ? Banks interroge cette relation et Grégory Mardon l’exprime par des non-dits, des expressions de faciès étonnantes, des traits en noir et blanc déroutants. Les corps sont exposés, les contrastes exploités. C’est à peine une histoire, ce n’est pas vraiment une BD mais ça fait assurément découvrir quelque chose. Quelque chose de différent.

sarah cole 2-copie-1

Commenter cet article

Chelmi 14/11/2010 02:19


Voilà qui donne envie ! La BD est-elle toujours dispomible dans votre bibliothèque personnelle ?


Arianne 14/11/2010 12:50



:)


Ouah trop cool ! Un lecteur de mon blog qui envoie un commentaire !!!


Malheureusement, Sarah Cole est repartie à Picpus mais y'a peut-être moyen qu'elle revienne faire une visite à Lasson...