Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Room, Emma Donoghue

Publié le par Arianne

Rentrée littéraire 2011

 

room.jpg  Room2.jpg

 

 

 

Non, c’est vrai, de prime abord le sujet n’est pas très sexy : la vie de reclus d’une mère et son fils enfermés dans « la chambre ». Mais cette vie là, c’est Jack qui nous la raconte du haut de ses cinq ans tout juste fêtés, avec sa sensibilité, ses mots, ses maladresses, sa perception des choses (qui est celle d’un enfant né en captivité qui n’a jamais connu le dehors et qui se sent chez lui dans sa petite prison), et ses traits d’humour irrésistibles.

Le procédé narratif est assez original et plutôt bien maîtrisé : Jack est l’unique narrateur et seul ce qui se passe en sa présence nous est révélé. Le lecteur se retrouve donc dans la peau d’un enfant de 5 ans et déduit la situation de ce que le petit homme perçoit, comprend, observe, entend.


anniversaire-5-ans.gif

C’est d’abord ludique et déroutant, on rentre très vite dans le récit. Puis une fois le tour des journées fait (comment s’occuper chaque jour avec un enfant dans une pièce sans pouvoir sortir… et ça pendant 5 ans ! ??), on se lasse un peu – même si avouons que les trouvailles de la mère sont assez remarquables ! – et on se demande comment le roman va pouvoir tenir sur cette lancée. Et juste quand on commence à se dire que bon, ça va, on a compris, c’est mignon de parler bébé mais on va peut-être passer à autre chose ; là, bam ! justement, le récit passe à autre chose. Comme le lecteur, la mère n’en peut plus de ces journées à répétition et va tenter le tout pour le tout pour s’échapper. Elle a un plan. C’est Jack qui va s’y coller.

porte-ouverte.jpg

L’humour distillé pendant tout le roman par Jack et son rapport à la Chambre comme étant le normal par rapport au Dehors – qui justement pour lui est porteur de menaces et de tant de changements – met à distance le sujet et empêche de verser dans le glauque ou le sordide. Je me suis retrouvée complètement happée par cette histoire hors du commun, sans pouvoir m’arrêter. C’est tendre et émouvant, drôle et captivant. On est touché par tous les sentiments – parfois contraires – qui agitent nos deux héros ; on s’interroge, on s’indigne, on frémit, on se demande quelle noirceur existe dans le cœur de l’homme pour commettre le pire et quelle ressource pour en tirer le meilleur…

 

 

emma-donoghue.jpg

Emma Donoghue


« Pourquoi c’est le Dehors qui a tout pour lui ? Maintenant, à chaque fois que je pense à un truc, comme les skis, des feux d’artifice ou des îles, des ascenseurs ou encore des yo-yo, je dois me rappeler que c’est pour de vrai, qu’ils se rencontrent tous ensemble dans le monde de Dehors. Ca me fatigue la tête. Il y a des gens, aussi : pompiers – maîtresses d’école – cambrioleurs – bébés – saints – footballeurs et plein d’autres sortes, ils existent tous en vrai dans le monde de Dehors. Mais pas moi ; moi et Maman on est les seuls qui y sont pas. On existe quand même pour de vrai ? »

 

 

Pour en savoir plus sur les motivations de l'auteur et la source de ses inspirations, c'est par ici.

En lire un tout petit peu plus (attention, spoiler !).

De fil en aiguille...

attention fragile2  bord de mer  lila k


Commenter cet article