Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Olympe de Gouges, Catel & Bocquet

Publié le par Arianne

olympe de gouges couv

Voilà un destin qui méritait bien qu’on s’y attarde. Catel & Bocquet relèvent le défi et accouchent d’une BD volumineuse (406 pages ! suivies d’une chronologie ainsi que de notices biographiques de chacun des personnages rencontrés) qui, si elle n’échappe pas à quelques longueurs, met en lumière la vie d’une femme extraordinaire – à tel point qu’on se demande pourquoi Olympe est quasiment tombée dans l’oubli alors que sa vie fut si romanesque et que ses combats, pour certains tristement toujours d’actualité, ont été si révolutionnaires.

1280px-Fers esclave

 

Olympe de Gouges, donc, née Marie Gouze, est fille illégitime de l’amant de sa mère. La voilà déjà en marge, hors des convenances de l’époque. La suite n’est qu’une série de rébellions à l’ordre établi dans une époque tourmentée, au bord de l’effondrement. En effet, la Révolution couve et Olympe prend largement part à ce vent de revendications, de désirs de liberté et de justice. Mariée et mère par convenance puis rapidement veuve, elle choisit l’indépendance en ne se remariant pas (au grand dam de sa mère et des femmes de bonne société !) mais ne délaisse pas pour autant la compagnie des hommes. Femme de lettres, elle se passionne pour le théâtre, la philosophie et la littérature. Ses pièces de théâtre acquièrent un certain succès (certes éphémère) et ses lettres ouvertes et autres pamphlets en gênent plus d’un. « Depuis trois ans, j’ai écrit 40 brochures ou affiches et cinq pièces. Toutes baignaient de patriotisme. »

Qu’importe ! Elle ne renonce jamais à défendre ses idéaux, même quand le vent tourne et que de défenseuse farouche des droits elle est jugée traître à la Patrie.

« Et vous chère madame, croyez-vous en l’avènement de la démocratie ou en la sauvegarde de la monarchie ?

- Les uns veulent que je sois aristocrate, mais les aristocrates prétendent que je suis démocrate ! Je suis comme le pauvre agonisant auquel un prêtre vigoureux demande : "Etes-vous moliniste ou janséniste ?" "Hélas, répond le moribond, je suis ébeniste !"

Comme lui, je ne connais aucun parti. Le seul qui m’intéresse vivement est celui de ma Patrie, celui de la France. »

La révolution la rattrape, elle qui s’est tant battue pour son aboutissement, et elle finit ses jours sur l’échafaud, lançant un dernier appel : « Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort ! »

Olympe-echaffaud-copie-1.jpg

Un destin suffisamment romanesque pour en faire une BD passionnante. Cela dit, je me suis un peu perdue dans le nombre de personnages secondaires et je déplore quelques longueurs. J’avoue ma préférence pour Kiki de Montparnasse, même si la lecture reste fluide autant qu’agréable. Le dessin de Catel, en revanche, se prête à merveille à cette période, aux coiffures, aux costumes, et apporte de la rondeur, de la douceur et de la sensualité à ce XVIIIe siècle sous domination masculine.

catel_bocquet.jpg

Catel & Bocquet

 

Ses combats

Les droits des femmes : elle rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

« La femme doit prétendre jouir de la Révolution et proclamer ses droits à l’égalité ! »

Contre la misère, pour défendre le sort des sans-abris et les miséreux :

« Depuis un mois que l’entrée de l’hiver s’est manifestée avec la plus grande rigueur, les travaux sont arrêtés ; les malheureux ouvriers manquant de pain pour leurs enfants.

Ah, que ne peut-on fonder des maisons qui ne seraient ouvertes que dans l’hiver pour les ouvriers sans travail, les vieillards sans force, les enfants sans appui ? »

Lutte contre l’esclavage

« L’esclavage des Noirs, drame indien en trois actes », par Olympe de Gouges

« Mais, pour tout vous dire, la très légère réserve de mes collègues concerne le sujet lui-même.

- L’abolition de l’esclavage ?

- certes, l’idée n’est pas courante mais à bien y réfléchir, comment ne pas être d’accord avec vous ? Non, le souci moral est dans la résolution.

- L’acquittement de Zamor ? Mais il n’a tué que pour protéger Mirza des violences du contremaître.

- Oui, néanmoins il s’agit d’un nègre qui a tué un Blanc. »

Les 3 urnes

« J’ai un dernier texte à composer […] C’est important, j’y parle de la nécessité de laisser les provinces décider par elles-mêmes. Ce n’est pas à Paris d’imposer ses lois à toute la France. » 

Olympe-1.jpg

Olympe-2.jpg

Olympe-3.jpg

Dans le labyrinthe

Le blog de Catel

Le making of de la BD en vidéo

De fil en aiguille

kiki couv dolor 

L'excellent  Kiki de Montparnasse des mêmes auteurs ainsi que Dolor

espion staline

L'espion de Staline, pour le récit d'un destin hors du commun. 

Commenter cet article