Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos séparations, David Foenkinos

Publié le par Arianne

separations.jpg

Premier effet : impossible de lâcher ce bouquin, ça coule tout seul, ça s’avale au goûter et entre les repas sans indigestion ni prise de poids, ça amuse, ça attendrit, c’est jouissif par endroits, sensible à d’autres.

Deuxième effet : il me faut avouer qu’après cette découverte tout à fait inattendue, cet emballement inaccoutumé… je ne me souviens quasiment plus de rien une semaine après l’avoir lu.

Bon, ok, j’en lis beaucoup en même temps et les intrigues de l’un envahissent parfois les histoires d’un autre mais quand même ! Ce livre a donc été une de ces rencontres fugaces, intenses et éphémères. D’aucuns plus triviaux pourraient comparer cela à une rencontre d’un soir, jouissive et sans lendemain. Et ceux-là seraient bien dans le sujet du roman !

Voyons maintenant de quoi il s’agit : d’amour, bien sûr, what else ? Et plus particulièrement de la relation de Fritz (son nom est beaucoup sujet à plaisanterie) et d’Alice que tout semble opposer : lui est issu de parents soixante-huitards et elle de réacs versaillais qui cachent à peine leur racisme (surtout le père). La rencontre tant repoussée avec les beaux-parents (Fritz doit avoir un « vrai » travail pour avoir l’honneur d’être présenté) est un moment comme on en craint tous et signe la première grande rupture. Suivront la rencontre avec Céline, RH couguar, mi-dépressive, mi-femme fatale, puis celle tout à fait improbable du fils d’un vendeur de cravates, des réconciliations, un presque-mariage et une vraie séparation, d’autres amours et des enfants. Secouez bien et vous avez toute une palette de (bons) sentiments, beaucoup d’humour et pas mal de sensibilité.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas du pur extrait de littérature mais il n’y a franchement pas de quoi se priver !

« Il faut dire que j’ai été élevé (le mot est un peu fort) par des parents post-soixante-huitards. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’est traumatisant de passer ses vacances en Inde quand on est enfant. C’est juste un détail au passage. À présent, je les vois peu : ils vivent sur une montagne quelque part à l’ombre des moustaches de José Bové. Ou alors, ils voyagent à l’autre bout du monde pauvre. Ils sont de toutes les manifestations altermondialistes. Il m’est arrivé de penser que j’étais pour eux moins important qu’un grain de riz brésilien vendu en commerce équitable. Cette balance n’était finalement pas équitable pour moi, mais j’ai fait en sorte de me construire avec leurs valeurs, sans me focaliser excessivement sur leurs lacunes. Je ne peux pas dire que j’ai manqué d’amour ; j’ai simplement dû le partager avec tous les nécessiteux de la planète. Nous étions nombreux dans le cœur de mes parents, et c’est un sentiment que j’ai toujours ressenti : non pas de la sécheresse mais de l’étroitesse affective. »

 


« Nous sommes allés chez Ikea, et nous nous sommes disputés chez Ikea. Dans ce grand magasin, ils devraient embaucher un conseiller conjugal. Car s’il existe un endroit où le cœur des couples se révèle, c’est bien là. Je me demande même si tous ces meubles à construire ne sont pas qu’un grand prétexte pour semer la zizanie sentimentale. Je suis presque certain que le fondateur d’Ikea devait être un Suédois dépressif (on frôle le pléonasme), sans vie affective, et qu’il a trouvé le moyen d’anéantir celle des autres. Tous les étudiants en sociologie devraient aller faire un stage là-bas, tout y est. Alice et moi n’avons pas dérogé à la règle. »

Commenter cet article

Apolline Fort 28/09/2010 12:12


ça a l'air sympa !
au fait l'autre jour j'ai répondu à ton commentaire sur l'autre livre mais ça marchait pas ...
alors jte redi en gros ce que j'avais di : tu dois t'embrouiller dans tous tes livres, tu dois ty perdre dans les histoires !!! lol ! la preuve par ce post ;) lol
et sinon De l'autre coté du lit est un livre qui a été recemment adapté au cinéma par Dany Boon et Sophie Marceau. C'est en fait un couple qui déprime et chacun se sent nul dans sa vie et chacun
veut vivre la vie de l'autre alors c'est ce qu'ils décident de faire avec l'aide d'un huissier de justice. il échangent leur boulots, leurs activités, etc.
c'est pas de la grande littérature mais bon c'est rigolo. enfin bon jsuis pas à fond dedans mais bon ...
voilou !
Bisous