Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Muchacho, Lepage

Publié le par Arianne

muchachot1.jpg muchachot2.JPG

Avez-vous déjà passé plus de temps à contempler des dessins de planches de BD qu’à en lire les bulles ? Si oui, alors Muchacho devrait vous plaire. C’est une explosion de couleurs : on passe d’un camaïeu de verts dans la forêt tropicale à mille nuances de bleus dans les scènes de nuit, des jaunes, des ocres, quelques notes de rouge ou de violet. Certaines cases sont de vrais tableaux. Seule nuance à apporter : si les paysages sont fabuleux, l’intrigue bien menée et la sensualité à son comble, je me suis un peu perdue dans les personnages secondaires difficiles à différencier les uns des autres, en particulier dans la traversée de la jungle où on ne suit pas toujours qui est qui et qui a fait quoi (mais histoires secondaires qui ne gênent nullement la compréhension globale).

Côté dessin, vous l’aurez compris, je suis complètement conquise, voire admirative…

muchacho-gabi

Côté scénario, maintenant, nous sommes au Nicaragua dans les années 1970, en pleine dictature. D’un côté, la Guardia qui tyrannise la population, de l’autre les guérilleros qui se battent pour la liberté. Et au cœur de tout ça arrive Gabriel. Jeune séminariste, peintre, il est chargé de décorer l’église de San Juan, petit village de montagne. Fils d’un grand bourgeois influent, il est sacrément mal perçu par la population qui le méprise autant qu’elle s’en méfie. Gabriel, intimidé, observe. Armé de son crayon, il saisit l’âme des gens qui peuplent San Juan, leurs révoltes, leurs espoirs, leurs faiblesses de cœur et de chair. Bientôt confronté à une répression militaire violente – lui-même épargné de par son rang – le jeune homme va peu à peu faire des choix qui le mèneront bien plus loin que ne le tolèrent le joug militaire et la morale conservatrice.

muchacho++

Violence des dictatures et de la répression, quête de liberté, découverte et acceptation de soi, de la passion (de l’amour de Dieu à celui de l’homme, il n’y a parfois qu’une lucarne…) : le dessin de Lepage porte cette histoire magistrale avec grâce et émotion. Il s’en dégage une grande sensualité, une belle énergie et l’envie de ne pas tourner la dernière page.

muchacho-lucarne.jpg

Si je devais conseiller une BD à garder chez soi, je crois que ce serait celle-là.

muchacho-planche.jpg

muchacho-planche1.jpg

muchacho-planche2.jpg

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le talentueux auteur/dessinateur, vous trouverez par là un long entretien avec Emmanuel Lepage sur son parcours.

lepage.jpg

Commenter cet article