Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie de Lily, Véronique M. Le Normand

Publié le par Arianne

 

vie de lily

Un pur concentré d’adolescence, avec toutes ses ambiguïtés et ses contradictions, ses charmes, ses questionnements, ses voies sans issues et ses longs chemins pavés de rose, de cœurs, de légèreté et d’insouciance, ses doutes, ses chagrins d’amour si profonds, ses remises en questions, ses grands pas en avant volontaires et enjoués et ses retours en arrière apeurés, indécis. La vie, en 350 pages, d’une adolescente de 14 à 24 ans : remarquable !

« J’étais irrésistiblement attirée par l’avenir et inquiète de ce qu’il me réservait. J’avais hâte de quitter ma famille et je redoutais d’avoir à m’assumer seule. J’étais heureuse de grandir et j’avais la nostalgie de mon enfance. »

En quatre tomes, on suit les aventures de cette jeune ado très attachante, son évolution, ses questions existentielles et ses efforts insensés pour se construire, s’autonomiser, se découvrir. Elle vieillit, Lily, elle mûrit d’un tome à l’autre (de 14 à 24 ans !), mais son énergie, son humour, sa sensibilité ne faiblissent pas et donnent à chaque texte une saveur délicate et réjouissante.

 

 adolescence01.jpg

Les carnets de Lily B. : Lily a 14 ans, un nom qu’elle trouve ridicule – Blachon – une cicatrice sur la tempe qu’elle n’assume pas, un père artiste au chômage qui sombre après la séparation d’avec sa femme, une mère, journaliste de mode, qui refait sa vie et un petit frère, Maxime, qu’elle aime tendrement.

Sa mission : survivre au collège, au divorce, à l’amour qui lui tombe dessus.

« – Malily ?

Ce “Malily” mouillé a glissé sur mon enfance mal refermée.

J’ai fait comme si je dormais.

Un peu plus tard, il a remis ça :

– Lily ?

J’ai laissé venir les larmes.

Sans que je m’en rende compte, Maxime s’ets levé. J’ai ouvert les yeux, il me regardait.

Lui : Tu dors ?

Moi : Non.

Lui : Pourquoi tu ne réponds pas ?

Moi : Appelle-moi Lee, tu veux ?

Lui : Lit ? Comme on dirait : est-ce que je peux dormir dans ton lit ?

Moi : Non. Lee, L deux e. Oui, tu peux dormir dans mon lit.

Lui : Merci, Lee.

Il s’est blotti contre moi.

Lui : Lee ?

Moi : Oui.

Lui : Est-ce que tu m’aimes ?

Moi : Pourquoi tu me demandes ça ?

Lui : Parce que tu as l’air tout le temps furieuse après moi comme maman après papa. Et papa m’a dit que maman ne l’aimait plus.

Que je puisse ressembler à ma mère au moment où je fais tout pour être différente d’elle tellement je la déteste m’a fait comme un électrochoc. J’ai câliné Maxime autant que j’ai pu. »

 enfant-adulte.jpg

La saison des chamailles : le plus court tome, l’instantané d’une très belle histoire d’amour, où comment le premier amour s’imprime pour toujours dans notre corps.

 « Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Je tournais et retournais dans mon lit. J’étais torturée par des mots : des vers entiers de Louise Labé venaient faire écho aux mots de Jibé.

“Dans la passion, on se sent brûler de l’intérieur.”

“Je vis, je meurs : je me brûle et me noie,

J’ai chaud extrême en endurant froidure”

“Dans la passion, l’autre te manque si cruellement que son absence provoque comme une dématérialisation de toutes les parties de ton corps, les unes après les autres.”

“On voit mourir toute chose animée,

Lorsque du corps l’âme subtile part.

Je suis le corps, toi la meilleure part :

Où es-tu donc, ô âme bien aimée ?”

“Dans la passion, seul celui qui t’a fait mal a le pouvoir de te consoler.”

“La vie m’est et trop molle et trop dure,

J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout en un coup, je ris et je larmoie

Et en plaisir maint grief tourment j’endure,

Mon bien s’en va, et à jamais il dure,

Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène.” »

ado

© Crayon d'humeur

Le Roman de Noémie : le plus profond, le plus sensible, le plus grave, aussi. La recherche des origines. Lily reçoit les carnets de sa grand-mère Nono après que celle-ci soit décédée. Elle se lance alors dans une enquête sur cette ancêtre qu’elle ne connaît pas si bien que ça, ou qu’elle a un peu oubliée. Avec beaucoup de sensibilité, elle réécrit sa vie.

« Noémie ne savait pas écrire. Le petit mot qui accompagnait les carnets n’avait pas pu être tracé de sa main. Noémie ne connaissait pas son alphabet. Elle avait dû dicter à quelqu’un. Là, sur mon bureau, les syllabes saignaient. Face aux carnets abandonnés hors de leur boîte, j’ai tremblé. Chaque année, Nono avait dépassé la douleur d’être inculte en retraçant les seuls signes qu’elle avait pu apprendre. Sur chacune des pages, symbolisé à l’encre rouge ou violette, jaillissait un flot de peines éprouvées, de difficultés à vivre, d’affronts subis. J’ai considéré mon héritage autrement. »

petits-carnets.jpg

Création oH zéZé

Les égarements de Lily : « Hier, j’avais peur de l’avenir, aujourd’hui j’ai peur de moi-même. »

Lily a grandi mais elle s’interroge toujours : qui est-elle ? Où va-t-elle ? Comment faire les bons choix ? Un matin, elle se réveille défigurée : elle fait une grave réaction allergique. L’occasion de réfléchir sur ce qui la tracasse, sur le chemin parcouru et sur celui qu’il reste à prendre.

« Est-ce que je suis malade de ne pas être ce que je suis vraiment, malade de ne pas accomplir ce pour quoi je suis faite ? Mon corps m’envoie-t-il un message d’alarme ? »

À un carrefour de sa vie, après un séjour à Berlin, une rupture inexpliquée et un premier deuil, elle doit digérer tout ce qui s’est passé et choisir une voie à suivre.

 « […] J’y ai pensé toute la journée. Faire ce qu’on aime. Je ne sais pas ce que ces mots recouvrent. Faire ce qu’on aime n’a pas de sens pour moi. Je n’arrive pas à me décider. Je n’arrive pas à choisir une direction, une corporation, une profession quoi. Je ne sais pas par quel bout prendre la vie. Je suis submergée de désirs qui s’annulent tous les uns les autres. Je veux vivre une vie fantastique. Exercer une profession passionnante. Rencontrer des gens exceptionnels. […] Prendre cette route, plutôt que celle-là ? C’est quoi un destin ? Avoir un destin ? Est-ce que tout le monde a un destin ? »

veronique-le_normand.jpg

Véronique M. Le Normand

Dans le labyrinthe

Le site de l'auteur

Une vidéo où l'on en apprend un peu plus sur Véronique "Minne" Le Normand

De fil en aiguille

paulus  replay-blondel  Terminale  comment-bien-rater-ses-vacances


 

Commenter cet article