Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La formule préférée du professeur, Yôko Ogawa

Publié le par Arianne

http://media.paperblog.fr/i/207/2073773/formule-preferee-professeur-L-1.jpeg 

Le professeur, éminent génie en mathématiques, a perdu la mémoire suite à un accident de voiture. Plus précisément, sa mémoire ne dure depuis le choc que 80 minutes. Sa nouvelle aide ménagère va faire connaissance - chaque jour et plusieurs fois par jour - avec ce personnage étonnant, recouvert de post-it annotés d'informations à ne pas oublier. Chaque jour, elle s'immerge un peu plus dans le monde mystérieux du professeur, fait de chiffres et de formules fascinantes, et se prend à les comprendre et les aimer aussi. Le professeur se prend d'amitié pour le fils de sa ménagère, qu'il appelle Root car son crâne est aussi plat qu'une racine carrée, et partage avec lui la même passion du base-ball. 

Avec beaucoup de tendresse et de pudeur, Ogawa tisse les liens d'amitié entre un jeune garçon sans père et le vieux monsieur sans attache. Elle interroge les relations entre ces trois personnages pour qui le temps n'a pas la même valeur ni la même utilité. Comment construire une relation en redevenant chaque jour un inconnu ? Comment établir la confiance ?

On retrouve avec autant de finesse et de poésie les thèmes chers à Ogawa : la mémoire et le souvenir, l'attachement, les mathématiques.
Une réflexion aussi sur le temps et les êtres, ce qu'ils sont, ce qu'ils ont été et comment ils s'enrichissent.

ogawa.gif

Yoko Ogawa



"- Quelle pointure faites-vous ?
La première question que me posa le professeur lorsque je me présentai comme la nouvelle aide-ménagère ne concerna pas mon nom, mais la taille de mes chaussures. Il n'eut pas un mot de salutation, ne s'inclina pas non plus. Respectant la règle inflexible établie par mon employeur qui voulait que je réponde à toutes ses questions quelles qu'elles soient, je répondis aussitôt.
- Du 24.
- Ooh, un chiffre très résolu. C'est la factorielle de 4.
Le professeur croisa les bras, ferma les yeux. Le silence se prolongea un moment. [...]
- C'est quoi votre numéro de téléphone ?
- 576 1455
- 576 1455, vous dites ? N'est-ce pas merveilleux ? Il est égal à la quantité de nombres premiers qui existent jusqu'à cent millions.
Il hochait la tête comme s'il était véritablement émerveillé.
Même si je n'arrivais pas à comprendre en quoi mon numéro de téléphone était merveilleux, la chaleur qui se dégageait de sa voix arriva jusqu'à moi. Il ne paraissait pas étaler ses connaissances, bien au contraire, je ressentais sa réserve et sa franchise. Cette chaleur me plongeait dans l'illusion que mon numéro dissimulait une destinée particulière, et que mon destin qui était de l'avoir était peut-être particulier lui aussi."

 

Commenter cet article

Une beauté au féminin 29/03/2010 20:15


J'ai bien envie de lire ce livre !!!! Tu m'en a parlé l'autre jour mais je ne sais plus si c'est pour celui ci que tu m'as dit que je n'aimerais surement pas ....
Mais enfin ta critique me donne envie d'en savoir plus !!


Arianne 09/04/2010 12:37



J'ai vraiment beaucoup aimé les deux Ogawa. Je suis ravie que ça te donne envie de le lire, je te prêterai volontiers. Dans celui-ci, il y a l'aspect mathématiques et l'aspect sportif (sur le
base-ball) qui pourront peut-être te déplaire même si moi-même n'étant attirée ni par l'un ni par l'autre, je me suis laissée séduire. "Parfum de glace" est plus triste, plus poétique, plus
introspectif et onirique. Tu seras sans doute moins disposée à le lire en ce moment.