Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'île du crâne, Anthony Horowitz

Publié le par Arianne

horowitz.gif

 

Les parents de David Eliot sont désespérés par les résultats de leur fils : il n’y a rien à faire, il passe son temps à avoir des mauvaises notes et à se faire renvoyer de l’école. Alors quand ils reçoivent un courrier de l’école Groosham Grange qui propose tout un tas de cours avec un seul jour de vacances par an, c’est une sacrée aubaine ! Et voilà notre David qui débarque sur cette île avec deux nouveaux compagnons rencontrés pendant le voyage : Jill et Jeffrey. Ils ne vont pas mettre longtemps à se rendre compte que cette école n’est pas tout à fait comme les autres : deux directeurs mais un seul bureau, un miroir qui ne reflète pas de visage, du sang dans le frigidaire… Où sont-ils tombés ? Que se trame-t-il la nuit quand tous les écoliers désertent le dortoir ? Et surtout, qu’attend-on d’eux ?

Un roman haletant plein de rebondissements et d’aventures avec frissons dans le bas du dos par moments.

Anthony Horowitz, maître inconstesté du livre pour enfants,  a remporté le Prix européen du roman pour enfant en 1993 avec ce titre. On comprend pourquoi !

A partir de 11 ans.

« Son cœur tambourinait dans sa poitrine comme s'il le pressait de retourner se coucher et d'oublier toute cette histoire. Mais David était bien réveillé, maintenant, et décidé à découvrir le fin mot de l'histoire, même s'il devait y laisser la vie. Ce qui, songea-t-il, avait de fortes chances de se produire.

Il longea le couloir sur la pointe des pieds, tressaillant chaque fois qu'une lame de parquet craquait. Enfin il atteignit un quatrième dortoir. Il alluma la torche en la pointant sur la poignée de la porte.

Derrière lui, une main jaillit de l'obscurité... se posa sur son épaule.

David sentit son estomac se réduire à la taille d'un petit pois. Il ouvrit la bouche pour crier. Il pivota lentement...

Jill ! C'était Jill. Comme lui, elle portait un peignoir et des chaussons. Mais elle semblait encore plus terrifiée que lui.

"Où sont-ils ? chuchota-t-elle. Où sont-ils partis ?

– Je ne sais pas, c'est ce que j'essayais de découvrir.

– Je les ai vues partir, soupira Jill, soulagée d'avoir trouvé David. Il y a environ vingt minutes. L'une des filles m'a réveillée en quittant le dortoir. J'ai attendu un peu et puis je les ai suivies.

– Où sont-elles allées ?

– Je les ai vus pénétrer dans la bibliothèque. Tous. Toute l'école. J'ai écouté un peu à la porte mais je n'entendais rien. Alors je suis entrée. Mais il n'y avait personne, David. (Jill respira profondément, elle était au bord des larmes.) Ils se sont évaporés." »

Commenter cet article