Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Julia & Roem, Bilal

Publié le par Arianne

 

julia-Roem_couv.jpg

 

« Il y a des lieux, comme ça, où le ciel et la terre se parlent ; je sais même, j’ose le dire, en quelle langue ils se parlent. Les nuages et le sol échangent leurs matières, mêlent leurs particules, ouvrent et recyclent leurs fragments de mémoire. Les mots pleuvent, invisibles, forment des phrases, jouent avec les destins… Ce lieu est un microclimat qui s’exprime en Shakespeare… Ici, ciel et terre parlent Shakespeare, je le sais parce que je suis fou. »

H.G Lawrence

 

Première rencontre avec Bilal, il faut bien une première fois.

Futur sombre, terre ravagée, genre lendemain d’apocalypse. Le « coup de sang », dérèglement climatique brutal et généralisé, a chamboulé les codes sur Terre. Alors que Lawrence, un ex aumônier militaire multiconfessionnel (!), parcourt en voiture une terre dévastée et instable, il sauve du désert inhospitalier deux jeunes garçons à la dérive, Roem et Merkt. Ensemble, ils trouvent refuge dans un palais désaffecté où vivent (enfin, survivent, plutôt), Julia, son frère et leurs parents.


julia2

Pour Lawrence, tout devient clair rapidement, cette histoire de prénoms… Pour le lecteur attentif ou lettré sûrement aussi. Et pour ma part, j’avoue que ça ne m’a pas sauté aux yeux, heureusement qu’on ne cesse de nous le rappeler. Bon, pour ceux qui n’auraient pas encore compris : Roem, Julia, Merkt, ça ne vous rappelle pas vaguement quelque chose ? Non ? Allez, encore un petit effort ! Voilà ! : Roméo, Juliette, Mercutio… Toute la famille est là et l’histoire peut se répéter dans un futur apocalyptique.

Bilal rejoue donc la partition de Shakespeare et c’est plutôt réussi. Il faut dire que, plus que l’histoire, c’est la magie des dessins qui opère. De tonalité sombre, camaïeu d’ocres, et torturées, les planches sont autant de tableaux à admirer.

Un peu trop ténébreux et tourmenté à mon goût, mais les inconditionnels seront ravis !

 

julia1.jpg

 

 

Julia-Roem.jpg

 

 

julia3.JPG

ANGOULEME 2012


Commenter cet article