Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Herakles, Edouard Cour

Publié le par Arianne

 

herakles_couv.jpg

« Qui essaies-tu d’impressionner avec tes exploits ? Ton petit Papounet chéri peut-être ? C’est mignon… Mais ce cher Zeus semble n’avoir rien à foutre de ce qui peut bien t’arriver ! »

Hercule ? On connaît. Ses 12 travaux ? Fait et refait. Vu et revu. Oui, mais pas celui-là. Avec Edouard Cour, Heraklès est une grosse brute un peu simplette qui passe d’une épreuve impossible à une autre avec application, certes, mais stratégie, point. Heureusement, il est accompagné d’un fantôme (son ancien prof de musique qu’il a brutalement tué), qui l’observe et commente ses actions avec cynisme, mais qui est aussi sa tête, sorte de Jiminy cricket qui lui permet de mener à bien ses missions. À eux deux, ils réussissent là où ils sont censés échouer, car ces épreuves ne sont que prétexte à se débarrasser de ce demi-dieu gênant.

herakles.jpg

Ma première impression est que le dessin est mauvais, des gribouillis grossiers pour pallier un manque de maîtrise, mais lecture faisant, je me ravise car l’ensemble fait sens : le trait sans finesse colle parfaitement au caractère brutal du héros – morceau de chair brute – ; le crayonné nerveux, rapide, rend compte de sa vitalité et donne du mouvement à l'action incessante ; la construction des planches est variée et les jeux de points de vue dynamisent encore l'ensemble ; les couleurs ocre, jaune, orange ancrent le récit dans l’antiquité grecque, comme si les vases antiques prenaient tout à coup vie, sortant de leur immobilité éternelle pour nous conter leurs incroyables récits.

Herakles_contre_l_hydre_de_Lerne-Veme_siecle-Louvre-e3437.jpg

Heraklès contre l'hydre de Lerne, Ve siècle, Louvre

Il y a du Blain et du Sfar dans la fantaisie des formes et dans l’humour des personnages. C’est contemporain et atemporel. Un bon moment.

edouard-cour.jpg

Edouard Cour

herakles1.jpg

herakles2.jpg

herakles4.jpg

Dans le labyrinthe

Feuilleter ici les 16 premières pages.

Une interview de l'auteur où il parle de BD, de films, de jeux vidéos et de daltonisme.

Le site d'Edouard Cour.

De fil en aiguille

beaute couv  julia&Roem couv  ile cent mille morts

 

Commenter cet article