Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins), Sarah Glidden

Publié le par Arianne

israel-en-60-jours

« Il fallait bien que je me prépare pour affronter le bourrage de crâne qui m’attend ! »

Le Taglit est une organisation qui propose des voyages de découverte en Israël, tout frais payés, à de jeunes Juifs qui n’y sont jamais allés. Sarah est d’origine juive et sort avec Jamil, d’origine pakistanaise.

Elle s’interroge beaucoup sur la « situation » entre Juifs et Palestiniens et décide de partir faire ce voyage, avec son amie Melissa, au sein du groupe « Israel experts birthright ».

Persuadée que le Taglit est un organisme de propagande pro-israélienne, elle part pleine d’a priori. Son voyage va alors être un travail perpétuel d’ajustements de ses positions.

planche-sarah.jpg

 

« Je sais que mon expérience n’a rien d’exceptionnel. Les moments de catharsis, les épiphanies et les crises de nerfs rythment ce type de séjour comme les pauses déjeuners un voyage de classe. »

Très concernée par la situation des Palestiniens, elle cherche à chaque visite, à chaque conférence, dans chaque parole de son guide, la faille qui renforcerait ses convictions que ce voyage de découverte est tout sauf partial et objectif. Mais les choses ne sont pas aussi simples, ça se saurait, et elle se trouve sans cesses confrontée aux contradictions insolubles d’un pays écrasé par toutes les strates de son histoire multiple et morcelée.

Elle redoute plus que tout de se faire endoctriner, de céder à la facilité et au pathos mis en scène dans certaines visites. Ses états d’âme tortueux reflètent bien le paysage ainsi que les multiples tourments qui y sont liés et son perpétuel conflit intérieur résonne avec celui – éminemment plus complexe – de l’extérieur.


planche-Israel-guerre.jpg

 

Mais cette lutte incessante devient aussi exaspérante et on se demande comment la discrète Melissa qui l’accompagne continue de la supporter. Pour Melissa, ce voyage est vraisemblablement une épreuve personnelle, à la fois très sensible et aventureuse : « Ce voyage n’est pas rien pour moi. Je me retrouve dans un autre pays et j’apprends plein de choses sur un héritage qui est le mien mais qu’on a voulu me cacher toute ma vie ». Cette histoire n’est pas celle de Melissa mais le peu d’elle qui est livré donne envie d’en savoir un peu plus…


« Les gens ont tendance à réduire le conflit actuel en Israël à une guerre sainte millénaire. En fait, l’enjeu n’a jamais vraiment été la religion mais plutôt la terre. »

Ce récit, illustré comme un carnet de voyage, parfois assez inventif dans la mise en scène (« Taglit fait du lavage de cerveau vs Taglit est parfaitement raisonnable » ou « Taglit fait du bourrage de crâne versus Taglit ne fait pas de bourrage de crâne »), nous fait parcourir les principaux lieux constitutifs de l’histoire d’Israël et de la Palestine : visite d’un kibboutz, plateau du Golan (ex-Syrie) et Jourdain, lac de Tibériade (ou mer de Galilée), cimetière de Kinneret, Tel Aviv et ses environs, le désert et la culture bédouine, Massada et la mer morte, Jérusalem, Yad Vashem (musée de l’holocauste d’Israël), mont Herzl et la vieille ville... Nous assistons aussi, émus, aux témoignages de deux Palestiniens, nous rencontrons des soldats Israéliens et des bédouins.

planche-vue.jpg

 

Une façon à la fois très personnelle et très didactique de découvrir – et peut-être commencer à comprendre – l’imbroglio géopolitique de la région.


Sarah_Glidden.jpg 

 Sarah Glidden

 

« Après avoir décidé de faire ce voyage avec Melissa, j’ai passé tout mon temps à lire sur Israël, la Palestine et le conflit. Je voulais combler mes lacunes par rapport à ce que je savais déjà, essayer de me préparer. Ha’aretz est devenu mon nouveau quotidien de gauche à la place du New York Times. J’ai tout repris à la source et j’ai remonté le fil du temps pour essayer de comprendre ce qui s’était passé. Qu’est-ce qui avait pu mal tourner là-bas ? Et pourquoi il n’y a pas de réponses neutres ? Il est très difficile de trouver des sources objectives.

Plusieurs centaines de pages plus tard, je m’étais aliénée certains amis avec cette obsession… J’avais ignoré des choses importantes dans ma vie… et d’une certaine façon, j’en savais moins qu’au départ. »

Dans le labyrinthe

« Aux États-Unis, il y a peu de voix modérées quand on parle d’Israël » : rencontre avec Sarah Glidden 

Le site de l'auteur (en anglais)

De fil en aiguille

chroniques de jerusalem couv

 

 

Commenter cet article