Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment (bien) rater ses vacances, Anne Percin

Publié le par Arianne

comment-bien-rater-ses-vacances.jpg

Maxime, 17 ans, ne passera pas l’été avec ses parents. Ce n’est pas tout à fait une révolution mais le semblant de rébellion mené avec l’aide d’Alice, la petite sœur, a fini par porter ses fruits. Cette année, c’est GR 20 pour les parents en Corse, colo en Bretagne pour Alice et Kremlin-Bicêtre chez mamie pour Maxime. Oui, bien sûr, comme ça, ça ne fait pas rêver. Pourtant, Maxime n’aspire à rien d’autre que se faire bichonner, engloutir crêpes et pain d’épices, aider un peu pour le ramassage des cerises et surtout, rester des heures devant l’ordinateur à chatter avec ses potes, regarder des films et écouter de la musique.

on-a-tous-un-ami-image.jpg

Voilà. Elle est pas belle la vie ? Nickel. Sauf que… Un accroc dans l’organisation idéale va tout bouleverser. Un incident terrible qui va déclencher une suite de petites catastrophes et de grandes émotions.

Un récit jouissif, d’une drôlerie communicative. L’univers adolescent sans mièvrerie ni gros sabots, c’est d’une justesse et d’une finesse déconcertantes. Une fois encore, Anne Percin fait des merveilles ! Vite, la suite !! (Comment (bien) gérer sa love story).

À noter en bonus : la « fighting spirit » ou la bande son de Maxime qui déchire grave.

Pour tous, à partir de 13 ans.

 anne percin

Anne Percin

« Chers parents,

Mon stage de survie en milieu hostile se passe bien, merci. J’espère que vous êtes pas trop morts, rapport aux frais de rapatriement qui doivent coûter bonbon, depuis la Corse.

Sinon, moi ça va, j’ai mangé Hector mais pas tout d’un coup, j’en ai congelé un bout pour le mois prochain. Heureusement que j’ai de l’eau-de-vie de Mamie, ça m’aide pour tenir.

Si jamais vous ne reveniez pas, ce serait sympa de m’envoyer un mandat parce que la prostitution masculine, ça marche pas trop dans le quartier. Bon, ben je vous laisse, c’est l’heure de ma piqure d’héroïne.

Gros bisous, votre fils bien-aimé,

Maxime. »

 


« Plus question de noyer mon chagrin dans le sommeil jusqu’à midi avant de me traîner lamentablement à Bicêtre. No future, c’est une devise punk qui m’allait comme un gant. Ca convenait très bien aussi à mon jean troué plein de tâches de cerises… Mais il me rappelait trop mes déboires avec les keufs du Kremlin : je ne pouvais pas me résoudre à l’enfiler. Je l’ai déposé pieusement aux pieds de la machine à laver, comme je le fais toujours, espérant vaguement qu’il serait lavé et repassé à mon retour. En temps normal, ça marche.

Histoire de ne pas aller voir mamie en slip, j’ai dû me rabattre sur une sorte de short beige à poches beaucoup trop grand pour moi, trouvé dans le placard de ma chambre. Sans doute un bermuda de mon père, qui avait dû acheter ça au Vieux Campeur.

Question dress code, j’étais mal barré pour le punk. »

De fil en aiguille

baby-sitter blues  coupures irlandaises   replay-blondel 

 

Commenter cet article

So 27/07/2014 18:38

Ce livre est vraiment bien d'autant plus que quand ça parle de villes qu'on connaît, c'est cool ; et quand on n'a pas vraiment de vacances non plus, c'est encore plus cool !

Apolline Fort 31/07/2012 08:21

Aussi si tu lis "Comment (bien) rater ses vacances" avant de prendre les tiennes .... :p

Arianne 31/07/2012 10:14



Non, pendant justement !!! Et c'est tellement drôle que ça a illuminé les moments un peu durs...