Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chapardeuse, Rebecca Makkai

Publié le par Arianne

Chapardeuse_couv.jpg

A priori, dans la vraie vie, rien ne prédispose une gentille bibliothécaire à devenir une kidnappeuse. Dans la vie de Lucy Hull non plus, d’ailleurs, si ce n’est peut-être son origine russe, porteuse à la fois de fuite et de révolution.

Atterrie par hasard à la section jeunesse de la bibliothèque d’Hannibal, Missouri, Lucy mène une vie sans histoires entre une chef alcoolique, un collègue en fauteuil roulant, Rocky, avec qui elle passe la plupart de son temps hors bureau (principalement au cinéma) et des voisins comédiens gays qui répètent sous ses toilettes, ce pour quoi il lui est interdit de tirer la chasse d’eau à des horaires bien précis.

À cette galerie de pseudo-relations sociales, il convient d’ajouter Glenn, pianiste compositeur dont l’œuvre principale tient plus du jingle de M. Propre que de la dernière symphonie de Mahler, que Lucy rencontre à un gala de charité.

Et Ian Drake, bien sûr. Le « héros » de cette histoire.

Origami1

Féru de littérature – surtout celle déconseillée par sa mère, anorexique et fondamentaliste – ce jeune garçon d’une dizaine d’années passe ses journées à la bibliothèque, pour le plus grand bonheur de Miss Hull qui lui conseille tous les chefs-d’œuvre de son patrimoine personnel. Attachée à cet enfant, elle s’y intéresse d’autant plus particulièrement après deux événements successifs : la visite outrée et sans appel de sa mère qui lui remet une liste des ouvrages absolument interdits à son fils et la découverte d’un mail au sujet d’une « rééducation » opérée par un certain pasteur Bob (dont la mission principale est de rendre « hétéro » le jeune Ian qui est soupçonné, du haut de ses à peine 10 pommes, d’être homosexuel).

« Voici une liste des contenus que j’aimerais qu’il évite. […]

Sorcellerie

Magie

Satanisme/Religions occultes, etc.

Contenu pour adultes

Armes

La théorie de l’évolution

Halloween

Roald Dahl, Lois Lowry, Harry Potter et auteurs similaires.

[…]

Je voulais lui demander si elle avait entendu parler du Premier Amendement, si elle était au courant qu’Harry Potter n’était pas un auteur, si elle croyait vraiment que nous avions des livres traitant de satanisme qui traînaient dans la section des enfants, si elle me prenait pour la baby-sitter de Ian, une espèce de chaperon de ses lectures, sa monitrice de colo. »

hand-holding-bible

Il arrive parfois des événements qui échappent à notre contrôle. Un concours de circonstances, des choses que l’on sait devoir faire et que l’on repousse à plus tard, nous enfonçant doucement dans l’irréparable, la non-possibilité d’un retour en arrière. Qui des deux a chapardé l’autre ? L’une, pour sauver l’enfant des griffes d’une mère extrémiste ; l’autre, pour libérer la bibliothécaire de son carcan de fille sage ?

« En bonne Russe, j’avais envie de pénétrer par effraction dans la maison du pasteur Bob et de l’empoisonner. En bonne Américaine, j’avais envie de poursuivre quelqu’un en justice.

Mais en bonne bibliothécaire, je restais assise à mon bureau et attendait. »

cage-oiseau_ramos.jpg

Et voilà Lucy et Ian fuyant sur les routes dans un road-trip épatant, rempli de nourriture grasse et sucrée, d’un shampoing pour furet, d’une boîte secrète pour un mafieux russe, de noms d’États américains, de crises d’asthme et de techniques douteuses pour éconduire un amoureux ou faire la manche. Le tout avec des éclats de rires et, peut-être, quelques larmes.

Réjouissant.

Rebecca-Makkai.jpg

Rebecca Makkai

« Quelques questions parmi la myriade de celles que l’on se pose lorsqu’on transporte un garçon de dix ans et une boîte de documents illégaux à travers le pays : les lois diffèrent-elles selon l’État où vous êtes appréhendé ou sont-elles toutes fédérales, et ainsi cela ne fait aucune différence ? Le stress prolongé et la vie de fugitifs sont-ils plus préjudiciables pour la psyché de l’enfant que d’être élevé par une évangéliste anorexique et dominatrice ? […] Est-il possible que l’argent liquide de votre mafioso de père soit marqué et que la police soit actuellement sur votre piste, de stations-service en fast-foods franchisés, espérant arrêter un certain Dmitri le Gant ? »

 


« Quiconque a déjà entendu ce genre d’histoire, où quelqu’un fait un truc irréfléchi et envoie tout promener, s’interrogera sur ce que je fuyais. Parce que c’est une certitude, moi aussi, je fuyais quelque chose. J’étais sans doute profondément insatisfaite. Ou je vivais une relation amoureuse bancale et gênante, ou je refusais d’affronter le fait que j’étais inconsciemment amoureuse de Rocky, où je me sentais comme un imposteur parce que j’étais, croyez-le ou non, illettrée. Oui, nous y voilà. J’étais une bibliothécaire illettrée, qui devait s’enfuir parce qu’elle avait volé de l’argent à Rocky après qu’il lui eut brisé le cœur en la quittant pour Loraine.

Non. Rien de tout cela. Je n’étais pas au point d’ébullition ; je mijotais. Soit, je n’étais pas particulièrement passionnée par mon boulot. J’avais toujours pensé qu’à vingt-six ans ma vie serait un peu plus glamour. Hannibal sentait un brin le renfermé. Je m’ennuyais carrément. Mais ce n’est pas une raison, une excuse ou même une motivation pour faire ce que je fis. Si cela me fait paraître altruiste, genre tout ce que j’ai fait c’était pour Ian, on se trompe. J’étais plus malheureuse qu’altruiste, et un hasard imbécile y fut pour beaucoup. »

Gallimard, 367 pages, 2012.

Traduit de l'anglais par Samuel Todd.

Dans le labyrinthe

Le site de l’auteur (en anglais)

Harry Potter ennemi de Dieu : extrait de Jesus Camp

Petit aperçu de la ville de Hannibal

De fil en aiguille

rosa candida  tom petit Tom  van Cauwelaert  

Commenter cet article

Apolline 15/05/2013 11:28

Le livre a l'air sympa. Par contre j'ai regardé la vidéo et OMG !!!! C'est juste horrible quoi ! Et dire que ça existe et que ce n'est pas rare en plus... Les pauvres gamins qui vivent là dedans et
qui sont formatés je trouve ça intolérable..
Mais dans des proportions plus "saines" (si on peut dire ça) je sais pas si tu connais le livre A la croisée des mondes ? Bah dans les familles très catho c'est pas franchement la lecture autorisée
pour les enfants parce que c'est considéré comme anti dieu.
Bon bref ça me fout hors de moi tout ça ;) lol !

Arianne 15/05/2013 11:54



Et encore, c'est juste un extrait de quelques minutes ! Le film est glaçant, oui, et inquiétant pour ces enfants manipulés. 


Chapardeuse ne parle pas vraiment de ça, c'est évoqué, bien sûr dans une moindre mesure, et surtout c'est beaucoup plus drôle, tendre et émouvant !