Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amours fragiles, T. 1 Le dernier printemps, Beuriot et Richelle

Publié le par Arianne

amoursfragiles01couv.jpg

Dans l'Allemagne de 1942, Martin se rappelle ses dernières années de lycée dans un climat politique mouvant. 1932. Son père adhère aux nouvelles idées d’un petit parti émergent :

« Je vais te dire Gustav : seul Hitler peut nous sortir de l’ornière. Enrayer la crise, rendre confiance aux gens… et refaire de l’Allemagne une grande puissance… »

Il souhaite également que son fils réussisse dans la banque ou les assurances alors que le jeune Martin ne rêve que de littérature et de théâtre. Sa vie se partage entre son ami Gunther, les fêtes qui « ne sont pas son divertissement préféré » et un certain morfond depuis que de nouveaux voisins ont emménagé en face de chez lui. La fille, Katarina, lit Zweig et a un charme certain qui ne laisse pas notre jeune homme indifférent. Mais le pauvre n’aime pas danser, ne trouve aucune réplique percutante quand il faudrait et rougit quand il lui parle. Leurs échanges se limitent à quelques rencontres fortuites qui le laissent toujours sur sa faim.

Pendant ce temps, le gouvernement et les esprits se durcissent, le boycott des Juifs est mis en place, les actes d’incivilité puis de barbarie se multiplient. Même le père de Martin qui voyait dans les Nazis l’avenir de l’Allemagne semble désapprouver ces nouvelles méthodes : « Je ne comprends pas très bien… Il n’y a presque pas de Juifs chez nous et il n’y a jamais eu de problèmes avec eux… ce sont tous d’excellents citoyens… Daniel Eckstein n’est-il pas trésorier du club de football ? Walter Weil n’est-il pas l’un des principaux animateurs de la vie culturelle ? hein ? Et puis, peux-tu me dire… en quoi ces gens sont-ils responsables de la propagande anti-allemande qui fait rage à l’étranger ? Je crois qu’il faut faire comprendre au parti qu’il est dans l’erreur, qu’il se trompe de cible… » Évidemment, vous connaissez l’Histoire, vous savez que les choses ne vont pas s’arranger. D’autant que Martin apprend que la jolie Katarina qui lui fait pencher le cœur… est juive.

L’histoire de la montée du nazisme en Allemagne entre espoir, insouciance et incrédulité. Même si je ne suis pas très sensible aux dessins et que l’album est ultra classique dans son traitement, c’est une belle réussite et on attend évidemment la suite… (5 tomes).

amour-fragile-1.jpg

Commenter cet article

Aurélie 21/09/2010 13:46


superbe BD très réaliste qui donne à réfléchir !!