Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

6000 nuits, André Borbé

Publié le par Arianne

6000-nuits.gif

Depuis que le Commandeur a pris le pouvoir, la ville de Boucainvillier est devenue sinistre et ses habitants se fanent dans le désespoir et la déprime. Seuls quelques initiés, les Bienveillants, peuvent apporter du réconfort à la population en leur procurant des livres, source de joie et d’espoir. Mais cette pratique se fait sous le manteau : le régime tyrannique de la milice n’accepte rien d’autre que la soumission et l’ordre. Pourtant, l’indignation et le désir de révolte sont là, qui couvent, et quelques personnes se battent chaque jour pour que ceux qui possèdent le don puisse l’exercer.

plume.jpg

Esther est de ceux-là. Insomniaque depuis l’enfance, elle ne sait pas encore que de grandes choses l’attendent. Son oncle vient d’être arrêté et lorsqu’elle lui rend visite en prison, celui-ci lui confie une étrange petite boîte et lui recommande de n’en rien dire à personne. Il ajoute : « J’ai toujours su pour toi, Esther, dès tes premières nuits d’insomnie… […] Tiens-toi prête car il ne te reste pas beaucoup de temps. Il faut que tu les rejoignes… » Esther n’y comprend rien mais est troublée par les paroles de son oncle. Sur la petit boîte, ces quelques mots : « Où bon me semble – Impasse des regrets ».

Où cela va-t-il la mener ? Ne doit-elle vraiment faire confiance à personne, pas même à Edith, sa « meilleure amie du monde » ?

pile-livres.jpg

Les deux jeunes filles vont se retrouver dans une aventure cruciale pour le devenir de la cité. Un boulanger talentueux et un drôle de garçon aux cheveux blancs vont les accompagner sur ce chemin semé d’embuches. Quelques chapitres nous transportent dans le passé, au temps d’avant l’occupation, et dévoilent petit à petit les événements qui ont mené au régime actuel de la terreur.

On ne retrouve ni le souffle ni l’ampleur d’un Mourlevat ou d’un Timothée de Fombelle mais l’intrigue est bien menée et parvient à captiver le lecteur malgré une économie d’actions et de rebondissements.

Un bon moment, à partir de 12-13 ans.

Naïve, 2012, 252 pages.

 andre-borbe.jpg

Andé Borbé

« Esther, dès qu’elle en avait été capable, s’était plongée dans la lecture avec avidité. Elle avait trouvé dans cette activité silencieuse le moyen d’occuper ses longues heures d’insomnie. Rien n’étanchait jamais son insatiable soif de lire. Aussi attendait-elle avec fébrilité les colis trop rares des Livreurs. On ne savait jamais quand ils passaient. Pas une ombre au-dehors, pas un bruit. C’était toujours une surprise. Alors, quand Esther trouvait au petit matin dans la boîte un paquet portant son nom en lettres d’or, son cœur bondissait dans sa poitrine. Elle se précipitait au salon pour dévorer l’ouvrage écrit à son attention. Elle lisait et relisait avec passion chaque récit reçu, au point de la connaître par cœur. Mais ceux qu’elle affectionnait plus que tout étaient exposés dans la vitrine du bureau de son père : des volumes épais, reliés plein cuir, acquis avant l’occupation, avant le terrible incendie de la Bibliogare… »

 


« Esther se souvint de repas en famille où l’oncle Théodore parlait des Livreurs dont il vantait le courage et l’abnégation. Il était aussi souvent question des Bienveillants, ceux qui d’après lui écrivaient toute cette littérature si nécessaire au bonheur des gens. Il disait que s’ils étaient encore capables d’espoir malgré ces seize longues années d’occupation, c’était grâce à leurs livres. Et il était persuadé que la puissance de leurs mots donnerait un jour au peuple la force de se dresser contre le Commandeur. »

Dans le labyrinthe

Le site de l'auteur (qui est aussi chanteur et compositeur, entre autres)

Ecouter ses chansons sur Myspace

De fil en aiguille

Tobie Lolness 1 DNA-22012  couv encyclopédie des rebelles  meto

Commenter cet article